Traitement

  • Déroulement du traitement et résultats

    Après un examen orthopédique détaillé, afin d’exclure d’éventuelles contre-indications, une thérapie dure environ 18 séances, une à deux fois par semaine.


    Schéma thérapeutique
    1ère séance : Réglage personnalisé de la machine, premier entraînement, test
    2e à 8e séances : Thérapie dynamique de renforcement musculaire
    9e séance : Détermination de l’endurance musculaire et test intermédiaire
    10e à 17e séances : Thérapie dynamique de renforcement musculaire
    18e séance : Diagnostic de fin de traitement





    Chaque séance a lieu en individuel avec un thérapeute spécialement formé. Nous intégrons en permanence les résultats les plus récents de la recherche et les possibilités de formation continue. Nous nous rendons dans les congrès internationaux, nous tenons des exposés et organisons des ateliers afin d’optimiser la qualité de la thérapie.

    L’évaluation subjective du succès du traitement par le patient est documentée à l’aide du West Haven-Yale Multidimensional Pain Inventory. Ce questionnaire WHYMPI sur la douleur est rempli au début et à la fin du traitement. Le contrôle qualité des équipements thérapeutiques est réalisé par la Société pour la promotion de la thérapie médicale de renforcement musculaire, Bâle (GMKT).


    Résultats
    Au cours des dernières années, la thérapie médicale de renforcement musculaire a connu un développement rapide et s’est établie dans le monde entier.

    Les objectifs atteints internationalement dans plusieurs centaines de cabinets MedX se reflètent dans les études du docteur Bernd Sigl à Munich (2334 patients). Une grande partie de ces patients était considérée comme des malades chroniques et résistait jusqu’ici au traitement, cela veut dire qu’ils avaient des douleurs dorsales depuis plus de six mois et qu’ils avaient déjà suivi sans succès de nombreux traitement de la médecine traditionnelle.

    Résultats au bout de 18 séances de thérapie médicale de renforcement musculaire
    Soulagement de la douleur ou douleurs résiduelles minimes 56,9%
    Nette amélioration 21,9%
    Légère amélioration 16,5%
    Pas de changement 2,3%
    Aggravation 2,4%

    Cela correspond à un succès thérapeutique de 95% et à une corrélation très étroite avec les croissances musculaires obtenues.

    Les croissances musculaires moyennes mesurées étaient de 76,7% et laissent supposer une atrophie massive au niveau des vertèbres lombaires. Des faiblesses étaient visibles chez ces personnes, surtout à la position de mesure en extension. Ce résultat vient souligner la nécessité de réaliser une thérapie de renforcement musculaire isolé.

    La réduction de la douleur selon le questionnaire WHYMPI était de 55% et avait une corrélation étroite avec les croissances musculaires obtenues. Plus la stabilité musculaire est élevée et plus la protection est bonne contre les sollicitations de la vie quotidienne et les blessures. Pour la colonne vertébrale cela signifie : quand la force augmente, la douleur diminue.

    La thérapie du renforcement musculaire est possible à tout âge. Un objectif essentiel est la croissance (hypertrophie) de la musculature correspondante. La docteure Maria Fiatorone, Boston, a constaté, lors d’un programme de musculation sur 10 semaines auprès de 18 résidents de maison de retraite d’un âge moyen de 90,2 ans, une croissance musculaire de 9% mesurée par tomographie assistée par ordinateur. Le gain de force était de 174% et représente une aide importante pour le maintien de l’indépendance à un âge avancé. Les douleurs et l’âge ne sont pas une indication à se ménager.

    Des rapports clairs ont désormais été établis entre des programmes de musculation sérieux et l’augmentation de la densité osseuse. On a ainsi constaté chez des astronautes, par exemple, que l’absence de résistance entraînait non seulement une dégradation musculaire mais également une perte osseuse. Un entraînement de résistance ciblé peut donc être très utile pour les personnes souffrant d’ostéoporose ou pour la prévention de celle-ci.

    De nombreux sportifs de haut niveau avec des problèmes sérieux au niveau de la colonne vertébrale suivent une thérapie médicale de renforcement musculaire. Dans le cadre d’une étude scientifique en Allemagne, 30 athlètes de très haut niveau de différentes disciplines (bobsleigh, body-building, football, combiné nordique, triathlon, lutte, aviron et volley-ball) se sont soumis à une mesure isolée des muscles profonds du bas du dos. Tous les sportifs étaient de classe internationale et il avait parmi eux des champions du monde, des champions d’Europe et des médaillés olympiques.

    Bien que les athlètes suivaient des séances de musculation intensive dans le cadre de l’entraînement spécifique à leur discipline, la mesure des extenseurs lombaires a mis en évidence des déficits sur toutes les positions de test. Comparées à un groupe témoin de non sportifs (NS n=30), les valeurs de la force statique maximale n’étaient pas significativement meilleures. Si les douleurs dorsales se déclarent chez des sportifs, il faut penser à une possible faiblesse des extenseurs lombaire isolés lors de la recherche des causes.

    Succès dans le long terme
    12 ou 24 mois après la fin de la thérapie, les réductions de la douleur et les croissances musculaires obtenues s’étaient maintenues presque intégralement. Seul un nombre réduit de patients avait dû subir une opération de la colonne vertébrale à l’issue de la thérapie médicale de renforcement musculaire.



omega-healthcare : de la musculation saine - en plein cœur de Berne



Même avec un entraînement d’une demi-heure seulement, deux fois par semaine, vous vous sentez déjà mieux, plus fort, en meilleure santé !